Le coloris Marine dans les Chaussettes Soyance - 11 octobre 2017

Voir toutes les actualités

PRISE EN CHARGE SECURITE SOCIALE . . ..Capcontention.com est  le 1er...

Découvrir ›
Glossaire médical

 

Un défi de la nature


Les veines des membres inférieurs doivent faire remonter nos 5 litres de sang depuis les pieds jusqu'au cœur en luttant contre la pression de la pesanteur, liée à notre position verticale, pression qui justement tend à refouler le sang vers nos pieds.

Les veines sont des conduits extensibles et élastiques dont la paroi est mince, contrairement aux artères. Leur mission essentielle est d'assurer le retour du sang vers le cœur.

Lors de la marche, le flux sanguin veineux est assuré principalement par la voute plantaire et par la contraction musculaire des mollets qui en comprimant les veines propulsent le sang vers le cœur.

Grâce à un système de valvules présentes à l'intérieur des veines et qui font office de clapets, le sang ne peut redescendre dans les jambes.
Une détérioration des valvules et une perte de tonicité de la paroi des veines est à l'origine de la maladie veineuse, une maladie évolutive qui touche essentiellement les membres inférieurs, et dont les conséquences peuvent être très graves.

Les 300 km de veines présentes dans le corps humain ne sont pas de simples tuyaux mais de véritables organes capables de s'adapter aux diverses sollicitations de notre vie quotidienne.

La contraction et la dilatation des veines se font selon un mécanisme actif qui permet l'adaptation du corps humain à différents milieux.

 

Des exemples :


  • Si l'on est brusquement amené à courir, le cœur va s'accélérer pour adapter le débit sanguin aux besoins des muscles en oxygène. Les veines vont alors se dilater pour ramener cet excédent de sang jusqu'au cœur.
  • Lorsque l'on passe de la position allongée à la position debout, le cœur se présente comme une pompe qui pourrait se désamorcer sous la brusque variation de pression. Ce sont les veines qui vont s'adapter à cette variation de position pour permettre au cœur de continuer à battre avec efficacité.
  • Si la température extérieure devient très élevée, les veines situées sous la peau vont se dilater pour permettre d'évacuer l'excédent de chaleur.
  • La maladie veineuse ou insuffisance veineuse est l'ensemble des manifestations qui sont liées à un mauvais retour du sang veineux.
  • Les varices sont l'une des manifestations de l'insuffisance veineuse chronique des membres inférieurs.
  • Les phlébalgies sont des douleurs sur le trajet veineux.
  • Les impatiences peuvent être définies comme une envie impérieuse de bouger les jambes lors de stations immobiles prolongées.

Texte du Dr Blanchemaison

 

Symptômes et signes


Les lourdeurs de jambes : Elles sont prédominantes au niveau des creux des genoux, des mollets ou des chevilles.

Les crampes nocturnes : Contractions musculaires très douloureuses.

Les sensations de fourmillements ou d’impatiences dans les jambes : Provoquent une envie impérieuse de bouger les jambes.

Le gonflement des pieds ou des chevilles (oedèmes) : Il est majoré le soir ou à la chaleur.

Les petites varicosités visibles sur les jambes : Elles se présentent comme un fin cheveu rouge ou violacé.

Les varices : Véritables cordons tortueux, bleus, visibles sous la peau.

Les dermites ocres, taches brunes qui apparaissent en bas des chevilles : Elles sont typiquement la conséquence de varices non traitées.

Certaines formes d’eczéma qui apparaissent sur le trajet des varices : Plaques rouges d'aspect rugueux, provoquant souvent des démangeaisons.

Les ulcères variqueux : Véritables plaies chroniques qui cicatrisent difficilement au niveau des chevilles. En l'absence de soins, ces plaies chroniques peuvent se surinfecter.


Classes de compression


Compression de Classe I : 10 à 15 mmHg

Lourdeur des jambes, douleurs modérées, varicosités.

 

Compression de Classe II : 15 à 20 mmHg

Maladie veineuse chronique modérée, douleurs, compression après sclérothérapie, phlébectomie, varices.

 

Compression de Classe III : 20 à 36 mmHg

Varices post intervention, thromboses veineuses profondes, oedème veineux, troubles trophiques, ulcères veineux cicatrisés, lymphoedème.

 

Compression de Classe IV : > 36 mmHg

Non disponible en ligne, uniquement en sur mesures.


 

En France, la pression exercée par un bas médical de compression, au niveau de la cheville, est mesurée selon la norme Afnor G30 102B. Le résultat est exprimé en hecto Pascal (hPa) ou en millimètres de mercure (mmHg) (1,33 mmHg = 1 hPa).

 

La pression prescrite est variable selon la gravité de la pathologie. Elle s'ordonne en quatre classes de compression : de la classe 1, la plus faible, à la classe 4, la plus forte.

 

La compression ne s'exerce pas de manière uniforme sur la jambe, mais de façon dégressive. Elle est maximale au niveau de la cheville et diminue graduellement en remontant vers la cuisse.

 

 

Sources :

 

Société Française de phlébologie

http://www.sf-phlebologie.org/

Sigvaris :

http://www.sigvaris.fr/

Wikipédia :

http://www.wikipedia.fr/Resultats.php?q=classes+de+compression+veineuse&projet=article